RCBEL

Réseau de chirurgie bariatrique de l'est Lyonnais

La fissure anale

> Quels sont les symptômes de la fissure anale ?

La douleur se produit au passage de la selle. Elle peut être très vive. Elle peut disparaître pendant quelques minutes après la selle, puis réapparaître, réalisant un rythme à trois temps. Elle est due à la lésion et surtout à une contraction anale involontaire pouvant entraîner une constipation par crainte de l'exonération.

Il arrive que la douleur soit une simple gêne, ou remplacée par des démangeaisons. Des saignements sont possibles, avec ou sans douleur.

> Comment faire le diagnostic de fissure anale ?

Le déplissement des plis de l'anus permet de voir la fissure en forme de raquette à bords nets à peine surélevés dans les fissures récentes, à fond rouge.

Au stade de fissure chronique, le bord s'épaissit en arrière pour former un capuchon (encore appelée marisque). Le toucher rectal, même fait avec précautions, peut être très douloureux en raison de la contracture sphinctérienne réflexe et nécessiter une anesthésie locale.

La fissure peut être infectée et se prolonger par un petit abcès du sphincter. Elle siège en général au pôle postérieur de l'anus ; parfois au pôle antérieur chez la femme.

> Quelles sont les caractéristiques d'une fissure non banale ?

Toute fissure d'aspect inhabituel, indolore, de localisation latérale, remontant dans le canal anal, ou associée à un ganglion du pli de l’aine, est suspecte.

Elle doit faire pratiquer des prélèvements ou des explorations complémentaires visant à identifier une localisation anale de la maladie de Crohn, une affection vénérienne ou ds, enfin une tuberculose.

> Quel est le traitement de la fissure anale ?

Le traitement est médical de première intention. Il comporte le ramollissement des selles et la régularisation du transit, et la prescription d'antalgiques et de soins locaux. L'injection sous la fissure d'une petite quantité du mélange quinine-urée et xylocaïne, peut apporter un soulagement rapide à condition d'être techniquement bien faite.

L'utilisation de dérivés nitrés en applications répétées sur la marge anale ou l'injection de toxine botulique dans le sphincter sont en cours d'évaluation clinique. Le traitement radical est chirurgical sous anesthésie loco-régionale ou générale. Plusieurs modalités sont employées selon l'état de la fissure.

Pour la fissure aiguë, sphinctérotomie latérale (section partielle du sphincter) est l'indication de choix. Concernant la fissure chronique postérieure, l'anoplastie postérieure, avec ou sans sphinctérotomie, est la règle.

> Quelles sont les modalités de l’intervention ?

L’intervention peut être pratiquée en hospitalisation ambulatoire (pour la journée) ou au cours d’une courte hospitalisation. Vous serez revu en consultation un mois après l’intervention pour juger des résultats fonctionnels et cicatriciels.

> Quelles sont les suites de l’intervention ?

Les douleurs de la fissure sont remplacées par celle de la cicatrice qui sont moins importantes et qui s’atténuent en quelques jours. Vous aurez une prescription d’antalgiques adaptés, de laxatifs pour ramollir les selles, et de bains de siège.

L’arrêt de travail est de l’ordre de 2 à 3 semaines.

> Quelles sont les complications possibles ?

Il s’agit d’un risque THEORIQUE d’incontinence anale après avoir sectionner une partie du sphincter anal. En PRATIQUE, cela n’arrive pas.

En revanche, le traitement peut être insuffisant et ne pas soulager entièrement les symptômes. Une séance de dilatation anale peut être nécessaire afin de venir à bout définitivement des symptômes

© RCBEL - Tous droits réservés 2018 - Contact - Mentions légales - Création site Agence Web Alteo Lyon