RCBEL

Réseau de chirurgie bariatrique de l'est Lyonnais

LES NOUVELLES TECHNIQUES

> Colectomie par coelioscopie

Depuis une étude publiée en 2002 dans « The Lancet » par l’équipe de LACY, la faisabilité de la chirurgie cœlioscopique dans les pathologies coliques néoplasiques est reconnue. Les bénéfices de cette voie d’abord étant connus de longue date.

Avec plus d’une quarantaine de procédures cette année, aussi bien pour des pathologies néoplasiques que bénignes (diverticulose sigmoïdienne compliquée), notre équipe est à même de proposer aux patients cette prise en charge pour bon nombre d’indications de chirurgie colorectale. La technique permet notamment, au prix de 4 cicatrices centimétriques, de réduire significativement les douleurs post opératoires. Le délai d’hospitalisation passe de 10 à 5 jours et la réalimentation progressive est débutée à J1. Le bénéfice fonctionnel est important et la reprise d’une activité professionnelle est d’autant plus rapide.

Nous n’avons pas à déplorer de complications post opératoires pour l’instant et le taux de conversion per opératoire en laparotomie est évalué à 8% en raison des conditions locales. Le personnel de bloc désormais rompu à cette technique et un matériel de coelioscopie de dernière génération nous permettent d’élargir les indications de coelioscopie dans la chirurgie colorectale dans des conditions de sécurité absolue pour le patient avec un bénéfice avéré s’agissant des suites post opératoires.

> Traitement des hémorroides

Une technique nouvelle de traitement des hémorroïdes par voie endoscopique est actuellement plébiscitée dans notre établissement.

Il s’agit de la ligature doppler guidée des pédicules hémorroïdaires (artères assurant l’afflux de sang dans les hémorroïdes internes et externes).

Cette technique assure un contrôle de la maladie hémorroïdaire dans ses formes les moins importantes.

Les avantages en sont :

  • Hospitalisation de courte durée
  • Technique moins douloureuse que la technique classique
  • Pas de cicatrice, ni soins locaux
  • Un arrêt de travail moins long que la technique classique
  • N’empêche pas un autre traitement en cas de récidive à long terme

Cette technique ne s’applique pas à toutes les maladies hémorroïdaires et un examen médical est indispensable avant de l’envisager.

N’HESITEZ PAS A CONSULTER POUR EN DISCUTER AVEC VOTRE CHIRURGIEN.

> La hernie en ambulatoire

Les progrès en terme d’anesthésie et de techniques opératoires avec l’avènement de techniques mini invasives et de la coelioscopie ont permis de proposer aux patients une hospitalisation ambulatoire (pour la journée) aux patients bénéficiant d’une chirurgie de la hernie inguinale ou ombilicale.

Cette possibilité n’est évidemment pas une obligation.

Opéré aux premières heures de la journée, vous rentrerez chez vous le soir même.

L’établissement dispose à ce titre de 22 lits de chirurgie ambulatoire. Votre chirurgien et toute son équipe soignante restent à votre disposition dans les jours qui suivent votre intervention. L’arrêt de travail reste de 3 à 4 semaines en fonction des professions.

Ces pratiques rentrent dans le cadre d’une réhabilitation post opératoire précoce et se généralisent actuellement.

N’HESITEZ PAS A DEMANDER UNE HOSPITALISATION AMBULATOIRE POUR VOTRE CHIRURGIE DE LA HERNIE.

> La hernie par voie coelioscopique

La coelioscopie est devenue au fil du temps, une voie d’abord chirurgicale privilégiée pour la plupart des gestes chirurgicaux.

La chirurgie de la hernie inguinale n’échappe pas à cette règle.

C’est l’avènement de la prothèse de paroi musculaire dans le traitement de la hernie qui nous pousse actuellement à proposer ce type d’intervention aux patients, même aux jeunes adultes.

Trois petites cicatrices, une camera et des instruments spécifiques permettent la mise en place de la prothèse selon des critères anatomiques très précis.

Les avantages en sont :

  • Taille limitée des cicatrices (intérêt fonctionnel et esthétique)
  • Délais très court d’hospitalisation (chirurgie ambulatoire possible)
  • Reprise plus rapide du sport et de l’activité professionnelle
  • Traitement possible des 2 côtés sans rajouter de cicatrice

Nouveauté en chirurgie de l'obésité

Le by pass par coelioscopie

Cette opération plus lourde chirurgicalement que l’anneau gastrique et plus à risque est cependant l’intervention de référence mondiale pour traiter l’obésité : la plus ancienne (donc celle sur laquelle nous avons le plus de recul) et celle qui apporte le plus de garanties.

Elle consiste en la fermeture de la partie haute de l’estomac et en la confection à ce niveau d’une déviation des aliments par l’intermédiaire d’un long morceau de petit intestin branché à ce niveau et rebranché à distance sur le circuit intestinal normal.

A l’effet réduction du volume du nouvel estomac, s’ajoute donc une procédure de malabsorption des aliments qui shuntent estomac restant et une partie du petit intestin.

Il en résulte un amaigrissement important, mais une prise quotidienne de compléments nutritionnels et vitaminiques devient obligatoire à vie.

Cette technique est davantage recommandée chez les sweet eaters (amateurs de sucreries).

Le « Mini by pass gastrique » est une variante technique du by pass qui peut être appliquée dans des cas particuliers, lorsque le by pass classique est jugé de réalisation difficile par exemple : il a également l’avantage d’être plus facilement réversible que la technique classique.

La sleeve gastrectomy par coelioscopie

Technique beaucoup plus récente et aujourd'hui reconnue, la sleeve consiste en la transformation de l’estomac en un tube étroit par réduction définitive du volume de l’estomac. 70 à 75% de celui-ci est donc enlevé (gastrectomie est le terme technique pour l’ablation partielle de l’estomac).

Cette intervention est également réalisée par coelioscopie. Il n’y a donc pas de retour en arrière possible après cette opération. Le « nouvel » estomac est un tube qui prolonge l’œsophage et qui précède le duodénum (début du petit intestin).La conséquence est que l’on mange beaucoup moins et donc que l’on perd du poids. Beaucoup de patients signalent également une diminution de la sensation de faim après cette opération (effet hormonal par diminution du taux de Grheline).

Un suivi régulier est lui aussi capital pour assurer le succès de l’opération et éviter tout risque carentiel pouvant être grave. Les gros mangeurs et ceux ne souhaitant pas de corps étranger peuvent opter pour cette procédure.

Certains IMC supérieurs à 50 pourraient également avoir un résultat insuffisant à long terme.

Aller à la F.A.Q


Haut de page


© RCBEL - Tous droits réservés 2018 - Contact - Mentions légales - Création site Agence Web Alteo Lyon