RCBEL

Réseau de chirurgie bariatrique de l'est Lyonnais

Les pathologies thyroidiennes

> INTRODUCTION

glande tyroidique

La thyroïde agit, en sécrétant des hormones, comme un régulateur des différentes fonctions de l’organisme.

On peut la comparer au thermostat général de l’organisme, si elle fonctionne trop (on parle d’hyperthyroïdie) on observe une accélération du pouls, du transit intestinal, une perte de poids, une excitation et une agressivité, en revanche si elle fonctionne peu ou pas du tout (on parle d’hypothyroïdie), on observe un ralentissement du pouls, une constipation, une prise de poids, des trous de mémoires et des signes de dépression.

La thyroïde peut être atteinte de maladie bénignes et de cancer. A peu près 10% de la population française serait atteinte de maladie bénigne (goitre, nodule, hypo ou hyperthyroïdie).

10% des nodules thyroidiens sans hyperthyroidie sont des cancers, ce qui explique les bilans avant de décider d’une intervention. Ils sont de très bon pronostic dans 90% des cas.

> LES SIGNES CLINIQUES

Nodule : c’est la palpation du cou qui permet de détecter un nodule bénin ou malin. Si le nodule sécrète trop d’hormone, on dit qu’il est chaud et on a en plus des signes d’hyperthyroïdie. En l’absence d’hyperthyroïdie, on parle de nodule « froid »

Goître : c’est l’augmentation de volume de la thyroïde, celui-ci peut s’accompagner d’une hyperthyroïdie (on parle de goitre toxique) ou non.

> Examens complémentaires

Dosage des hormones : permet d’affirmer si la thyroïde est en hyper ou hypothyroïdie. L’interprétation des résultats se fait avec votre médecin.

L’échographie : permet de définir les nodules palpés ou non, si ils sont plein (tumoral) ou liquidiens (kystiques), de les mesurer pour suivre leur évolution et dans certains cas, elle permet de guider une ponction pour une analyse au microscope. L’échographie doit être réalisée par un médecin entraîné à cet examen.

La scintigraphie : Consiste à injecter un élément ayant une faible radioactivité et ainsi, à l’aide d’une caméra de voir si un nodule est « chaud », c’est à dire si il sécrète beaucoup d’hormone, si c’est l’ensemble de la thyroïde qui sécrète beaucoup d’hormone (cas de la maladie de Basedow), ou si la thyroïde n’est plus fonctionnelle (pas de fixation).

L’analyse cytologique : faite à partir d’une ponction d’un nodule (soit en direct soit guidée par échographie) et interprétée par un médecin anatomo-pathologiste, elle permet d’orienter vers le diagnostic de cancer.

> TRAITEMENT

> Traitement médical

glande para thyroidique

Nodules froids : si on est pratiquement certains qu’ils sont bénin, on propose une surveillance régulière avec palpation et échographie. Le traitement consiste à mettre la thyroide au repos.

Nodules chauds : il peut être proposé un traitement médical ou une injection d’iode radioactif radioactive qui permet de détruire le nodule, ou une exérèse chirurgicale.

Maladie de basedow : le traitement peut être médical, ou par Iode radioactif ou chirurgical

> Traitement chirurgical de la Thyroïde

L’intervention chirurgicale consiste à enlever une partie ou la totalité de la thyroïde (lobo-isthmectomie ou thyroïdectomie totale). C’est une intervention courante qui, faite par des équipes entraînées, comporte peu de risque.

La veille de l'intervention : Il n’y a pas d’examen particulier sauf si votre état de santé le nécessite.

> L’INTERVENTION

L'intervention se réalise sous anesthésie générale. La durée est de 1 heure à 2 heures. L’incision se situe dans un pli du cou. Lors de l’intervention si un cancer est suspecté, un médecin anatomo pathologiste est présent dans le bloc opératoire et donne une première analyse du nodule enlevé et permet ainsi d’orienter le geste vers une thyroïdectomie totale.

> LES COMPLICATIONS

Le nerf récurrent : ce nerf chemine le long de la thyroïde est peut être endommagé lorsqu’il adhère à celle ci. La voix devient bitonale et nécessite une rééducation par un orthophoniste. Il s’agit d’une complication rare (moins de 2% des cas en fonction des équipes).

Les glandes parathyroïdes : ce sont de très petites glandes qui gèrent le taux de calcium de l’organisme. Si elles ne sont pas respectées il peut y avoir une hypocalcémie nécessitant un traitement. Cette hypocalcémie est le plus souvent transitoire. Un traitement substitutif par CALCIUM temporaire permet de corriger les choses.

L’hématome post opératoire est exceptionnel, mais justifie de garder le patient la nuit après l’intervention dans un service d’hospitalisation. Cette complication rare nécessite une ré intervention rapide.

> LES SUITES

Un traitement substitutif par hormones thyroïdiennes est indispensable en cas de thyroïdectomie totale, et ce, toute la vie. Il s’agit d’un comprimé à prendre tous les matins. Un dosage des hormones thyroïdiennes est à réaliser régulièrement au début de la mise en place du traitement pour s’assurer de son équilibre. La cicatrice disparaît pratiquement en quelques mois.

En ces de thyroïdectomie partielle, il n’y a pas de surveillance ni traitement particulier.

© RCBEL - Tous droits réservés 2018 - Contact - Mentions légales - Création site Agence Web Alteo Lyon